Le marché allemand des croisières

  • Evolution de l'offre

    Evolution de l'offre

    © Atout France / PHOVOIR

Le marché allemand des croisières

L’étude du DRV (équivalent allemand du SNAV) sur le marché des croisières en Allemagne confirme l’importance de ce segment sur ce marché.
Celles-ci ont en effet réalisé un chiffre d’affaires de 3,1 milliards d’euros en 2012 (+ 7,9 %) avec près de 2 millions de passagers (1.980.897) et ont ainsi généré 12,7 % du chiffre d’affaires total de l’ensemble de la profession.
Depuis 1993 le nombre de croisiéristes allemands a ainsi augmenté de 843 % et devrait continuer à croître en 2013.

Les croisières fluviales en recul

Elles ont connu une année difficile en 2012 avec une baisse de 8,3 % de leur chiffre d’affaires qui ne s’est plus élevé qu’à 455 millions d’euros avec 436.628 passagers, un chiffre en recul de 5,4 %. Il en résulta un prix moyen pour une croisière fluviale de 1.034 euros en baisse de 3,8 %.

Les raisons pour ce recul des croisières fluviales en 2012 ont été multiples:

  • baisse de la demande pour les croisières sur le Nil en raison de la situation en Egypte
  • difficultés accrues pour l’obtention de visa pour les croisières sur des fleuves en Russie
  • augmentation de la TVA qui est passée sur ce segment de 7 à 14 % en 2012
  • relative inquiétude des clients après l’avarie du Costa-Concordia, certains faisant l’amalgame avec le fluvial.

Les fleuves préférés des Allemands pour une croisière en 2012 ont été le Danube qui conserve sa première place, suivi du Rhin et de ses affluents qui viennent devant le Nil qui perd ainsi sa deuxième place.

Croissance à 2 chiffres pour les croisières maritimes

Elles ont par contre à nouveau connu une croissance à 2 chiffres en 2012 avec un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros en hausse de 8,3 % et 1.544.269 passagers, en hausse de 11,2 %.

Comme par le passé, la Méditerranée occidentale demeure en tête des destinations préférées des Allemands pour effectuer une croisière maritime. Viennent ensuite les régions nordiques (Norvège, Islande, Spitzberg, Groenland), la Méditerranée orientale, les Iles Canaries, les Caraïbes et la Baltique.

Contrairement aux croisières fluviales, les prix sont restés stables pour les croisières maritimes avec une moyenne de 1.710 euros par croisière. Les marges réalisées ont cependant souffert de la forte hausse du prix du carburant ce qui ne manquera pas d’entraîner une augmentation des prix des croisières en 2013.
La durée moyenne d’une croisière maritime a été à nouveau de 9,2 jours.

Bonnes perspectives pour l’avenir

Les perspectives demeurent bonnes en 2013 sur le marché allemand pour les croisières maritimes mais le recul de la demande pour les croisières fluviales persiste et se confirme alors que les capacités y sont abondantes, la concurrence très forte et les prix particulièrement agressifs.

C’est ainsi que l’un des prestataires sur ce segment, Viking Flusskreuzfahrten de Cologne, a d’ores et déjà annoncé son retrait du marché et la fermeture de sa filiale en Allemagne à la fin 2013 en raison d’une demande trop faible.

Dans un passé proche, d’autres armateurs tels Deilmann et Transocean avaient déjà rencontré des difficultés en la matière et avaient d’ailleurs du abandonner la vente de croisières fluviales sur le marché allemand.

Pour la saison 2014, l’armateur Viking River Cruises ne proposera plus ses croisières que dans les marchés anglo-saxons (USA et Grande-Bretagne), bien plus rentables que le marché allemand sur le segment du fluvial.

Il s’agit là d’une décision stratégique de la maison-mère suisse de Bâle et non pas d’une insolvabilité du prestataire. 10 nouveaux bateaux du type Viking Longships ont d’ailleurs été mis en service en mars dernier et 12 autres suivront en 2015.
A cette même date, sa division maritime Viking Ocean Cruises débutera avec le lancement de son tout premier bateau destiné à des croisières maritimes, ce segment demeurant pour sa part particulièrement rentable.

Selon la fédération internationale CLIA (Cruise Line International Association), il y a eu quelque 6,139 millions de croisiéristes en Europe (+ 1 %) en 2012 et le secteur a généré un chiffre d’affaires total de plus de 37 milliards d’euros et plus de 315.000 emplois.

Le marché allemand des croisières occupe la deuxième place en Europe avec une part de marché de 25 %, juste derrière la Grande-Bretagne avec 28 %. Viennent ensuite l’Italie et l’Espagne.
La France n’arrive qu’en 5ème position avec 481.000 passagers en 2012 (+ 9 %) soit une part de marché de 7,8 %. Son potentiel de croissance est donc important, la croisière ne représentant encore en France que 0,6 % du marché touristique.