Croatie : prête à décoller en 2013

  • Concurrence

    Concurrence

    © Atout France / PHOVOIR

Croatie : prête à décoller en 2013

2012 restera une année record dans l’histoire du tourisme de la Croatie avec 11,83 millions de touristes étrangers (+ 3,3 %) et 62,74 millions de nuitées (+ 4 %) dont 14,9 millions pour le seul marché allemand (+ 13,5 %), le premier pays émetteur pour la Croatie.

Les Allemands ont en effet représenté à eux seuls 16,9 % de la fréquentation touristique du pays avec près de 2 millions de touristes et 23,7 % des nuitées du pays, où le tourisme représente 19 % du PIB.

Ce boom de la fréquentation allemande en Croatie provient sans aucun doute du développement et de la modernisation de l’offre du pays, principalement dans la région autour de Dubrovnik mais aussi du recul de la demande et de l’intérêt pour la Grèce ce qui a eu une influence positive sur la fréquentation allemande de la Croatie. De même, la stabilité politique et la sécurité du pays ont contribué à la popularité du pays dans ces temps incertains des révolutions arabes.

Les problèmes des autres pays ont donc fortement contribué au déplacement de la demande des clients allemands au profit de la Croatie en 2012 (essentiellement sur le balnéaire) mais il est certain que les investissements effectués au cours des dernières années commencent aussi à être rentables.

En 2012, les touristes allemands ont d’ailleurs dépensé 1,642 milliard d’euros en Croatie soit 20,2 % de plus qu’en 2011 où ils y avaient déjà dépensé 1,366 milliard d’euros selon la Bundesbank.

Le nouveau ministre du tourisme, Darko Lorencin, a de grands projets pour dépasser cette année encore la barre des 2 millions de touristes allemands venus en 2012.

Selon lui « la Croatie doit augmenter sa compétitivité en matière de tourisme et venir se placer d’ici 2020 parmi les 20 pays les plus compétitifs. Actuellement elle n’occupe encore que la 34ème place ». Pour ce faire, la structure de l’hébergement doit être modifiée et s’orienter vers plus de capacités dans tout le pays.

L’objectif est d’injecter 7 milliards d’euros dans l’industrie du tourisme croate d’ici à 2020, dont un tiers dans l’hôtellerie.

Un budget de 32,7 millions d’euros est prévu cette année pour améliorer le système d’information touristique, la mise en place d’un blog et la création d’un système de réservation centralisée. Des installations militaires non utilisées doivent être transformées « à des fins touristiques » et les 13 entreprises hôtelières appartenant encore à l’état doivent être privatisées. Enfin la banque croate de développement HBOR doit attirer des investisseurs potentiels en créant des conditions avantageuses pour stimuler le financement de projets touristiques.

L’entrée de la Croatie dans l’Union Européenne au 1er juillet 2013 représente en outre une opportunité particulière car le pays recevra environ 150 millions d’euros des fonds structurels européens au cours des 2 prochaines années. Il est prévu que cette somme soit investie principalement dans la qualité et la diversité du produit touristique croate.
Une augmentation de 10 % des capacités hôtelières est prévue dès cette année et, d’ici 2020, 15.000 chambres doivent être rénovées ainsi que 20.000 nouvellement créées.

Un danger toutefois : le niveau des prix qui a fortement augmenté au cours des dernières années parallèlement à l’augmentation de la qualité et du nombre de plus en plus important d’hôtels situés dans le segment des 4 et 5 étoiles qui représente désormais 35 % des capacités.

Si les prix continuent à grimper, il est à craindre que la Croatie, malgré son attractivité, ne devienne alors trop chère pour les touristes allemands, d’autant plus que le coût de la vie n’y est plus très inférieur à celui de l’Allemagne à présent.